Err

DRH & Associés vous aide à franchir une étape déterminante

Dites moi si je me trompe !

Alors que le MEDEF réunit 500 patrons sur le thème du Don, que la CGPME a fait sa rentrée sur le thème des opportunités pour sortir de la crise, et avant que la CCI ne rassemble largement sur la Responsabilité Sociale des Entreprises, les DRH de Côte d'Or rassemblent ce Jeudi 250 participants sur le thème porteur de «la Reconnaissance au service de la performance!».

Ce supplément d'âme nous engage à être à hauteur d'homme.

Pourtant si je crois que la reconnaissance est un facteur de motivation à nul autre pareil, je reste curieux de savoir comment le conférencier invité par l'ANDRH Côte d'Or abordera la face Nord de la reconnaissance. Personnellement je vois 4 difficultés dans l'exercice concret de la reconnaissance dans nos organisations:

Tout d'abord c'est la plainte que nous entendons dans toutes les enquêtes sociales. Toutes les catégories se plaignent du manque de reconnaissance. Se positionner comme victime, du système, du management, des collègues, n'a rarement fait avancer les choses dans une équipe de travail!

Deuxièmement, il me semble que celui qui veut aborder la reconnaissance, se doit d'oser aborder la confrontation bienveillante. Trop souvent lorsque la reconnaissance est fantasmée, magnifiée, il n'est évoqué que la reconnaissance positive sur la contribution de chacun. A une époque de la prise en compte des risques psycho-sociaux, il est un savoir-être plus délicat, savoir confronter sans blesser.

C'est la capacité à accepter les remerciements qui retiendra mon troisième propos. Combien de fois ai-je rencontré cette véritable difficulté à accueillir les signes de reconnaissance quels qu'ils soient. Il y a un champ de formation ou de coaching important dans ce domaine.

Enfin une quatrième difficulté et non des moindres, c'est la partie monétaire. La reconnaissance appelle le plus souvent une contrepartie monétaire: du sonnant et du trébuchant, des euros quoi! Ce lien-là retient mon attention. C'est le toujours plus qui nous étouffe. Rien n'est assez! Une couche de crème, une couche de gâteau, une couche de crème, etc… Pourtant notre époque est à la réduction des finances publiques, à la contraction de certains marchés. Il faudra trouver des idées pour faire mieux avec moins.

4 arguments qui montrent la difficulté à entrer durablement dans une amélioration de la pratique de la reconnaissance dans nos organisations, qu'elles soient TPE, PME, établissements de grands groupes, collectivités locales ou associations employeurs.

Ne croyez pas que cela me dispense d'emmener mes interlocuteurs sur le terrain de la reconnaissance. Elle doit prendre sa place à tous les étages. Elle repose sur un axiome de la relation humaine inhérent à la nature humaine «Donner, prendre» pas étonnant que Norbert Alter en ait fait un best-seller du management sur la coopération.

Rédigé le  17 sep. 2013 11:08  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site